Etudes SFCCF

SFCCF Grenoble 2020 (20-21 novembre)

La SFCCF aura lieu à Grenoble en 2020 et propose deux thèmes:
– Cancers des glandes salivaires
– Bilan imagerie pré et post thérapeutique des tumeurs du larynx et de l’hypopharynx
Si vous avez des idées, projets ou des envies sur ces thématiques, n’hésitez pas à nous contacter pour monter des études multicentriques dans le cadre du GETTEC. Les investigateurs peuvent également soumettre leurs projets à une demande de PHRC dans le cadre du GETTEC. 
Une étude a déjà été proposée

Prise en charge ganglionnaire des carcinomes parotidiens. (Agnès Dupret-Bories, Sébastien Vergez).

Justification : La survie globale des patients atteints de cancers parotidiens est plus longue chez les patients N0 et avec une histologie de bas grade. La présence de métastases ganglionnaires occultes est évaluée entre 10 et 22% et est variable en fonction de l’histologie. Les indications de curage sont les suivantes : cN+, extension extra capsulaire, haut grade de malignité, paralysie faciale et T3-T4. Les aires de drainage sont habituellement les aires II, III et IV ; mais des métastases ganglionnaires ont également été décrites dans les secteurs I et V pour les hauts grades de malignité.

L’objectif principal de l’étude est d’évaluer le taux de métastases ganglionnaires et les aires atteintes. Les objectifs secondaires sont : le résultat fonctionnel  court terme post thérapeutique, quelle attitude adopter en France sur la prise en charge ganglionnaire ( pour les cN0 ? Quelles aires ?). 

L’étude proposée consiste en un enregistrement prospectifde tous les carcinomes parotidiens opérés en primo-traitement entre le 1/9/2019 et le 1/9/2020. Les éléments enregistrés seront : statut ganglionnaire pré thérapeutique, examens complémentaires réalisés (imagerie, cytoponction…), la prise en charge du T et du N, les résultats anatomopathologiques, le traitement adjuvant. La base de données sera réévaluée trois ans plus tard pour évaluer le contrôle local, locorégional, la survie globale et la survie sans récidive.

SFCCF Lyon 2019 (15-16 novembre)

La SFCCF aura lieu à Lyon en 2019 et propose deux thèmes:
– Cavité Buccale
– Immunothérapie
Actuellement, quatre études sont proposées.
  • Carcinomes épidermoïdes de la langue des sujets jeunes (S. Deneuve, P. Céruse, A. Cosmidis)

La justification de cette étude est l’expérience clinique où l’on visualise des tumeurs de la langue mobile chez des patients jeunes, sans intoxication alcoolo-tabagique, et sans imputabilité d’HPV. Le pronostic de ces tumeurs est variable dans la littérature.

Objectif principal: comparaison de la survie sans récidive des patients avec carcinome épidermoïde de la langue mobile jeune avec et sans facteur de risque – avec la survie dans la population de sujets avec intoxication.

Objectifs secondaires: vérifier l’augmentation de la localisation à la langue chez les NFNB, de la part des localisations à la langue en augmentation dans la cavité orale, comparaison des modalités de rechutes en fonction de l’âge et des habitus, des survies globales en fonction des facteurs de risque par rapport aux survies habituellement observée,

Etude biologique: des profils génomiques avec statut HPV (séquençage de nouvelle génération (NGS) 33équipes HCL), validation de marqueurs (équipes CLB).

Il s’agit d’une étude multicentrique, rétrospective, qui pourra évoluer secondairement vers une demande de PHRC. L’étude inclut tous les patients de moins de 40 ans, avec une localisation de carcinome épidermoïde de la langue, entre 2005 et 2015.

Synopsis disponible, Tableau de recueil de données téléchargeable à renvoyer à Sophie.DENEUVE@lyon.unicancer.fr

Pour plus d’information : Sophie.DENEUVE@lyon.unicancer.fr, philippe.ceruse@chu-lyon.fr

  • Carcinomes épidermoïdes de la langue et du plancher buccal : analyse de texture scannographique comme facteur prédictif indépendant de survie  (E. Brenet, J.C. Mérol, M. Makeieff).

Le projet d’étude a été présenté à la dernière réunion du GETTEC à l’IGR et a été accepté par les membres présents du GETTEC.

Le rationnel de l’étude et les modalités techniques de l’analyse de texture scannographique sont détaillés dans le synopsis de l’étude ci-joint.  

L’objectif est de déterminer, de manière rétrospective, des facteurs pronostics de survie de ces cancers à partir de l’analyse de l’hétérogénéité tumorale mesurée par le logiciel TEXRAD utilisé au CHU de REIMS. 

Cette étude concerne tous les patients : 

– OPÉRÉSd’un carcinome épidermoide de la langue et/ou du plancher buccal de janvier 2010 à septembre 2017.

– dont le CD de la TDM cervico-faciale injectée pré-opératoireest disponible.

Sont exclus toutes les autres histologies (non épidermoide) et les patients non opérés (nécessité d’obtenir l’histologie post-opératoire pour corrélation).

D’un point de vu pratique, votre participation à l’étude entraine : 

– de sélectionner les patients pris en charge dans votre centre remplissant les critères d’inclusion.

– de remplir la base de données ci-jointe (dossier excel) concernant les caractéristiques cliniques, radiologiques, histologiques et de survie des patients.

– d’envoyer par voie postale une copie du CD de la TDM cervico-faciale injectée pré-opératoire à l’adresse suivante  : 

à l’attention de Mr Esteban Brenet – Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale – Rue du général Koenig – Hôpital Robert Debré – CHU Reims

Concernant ce dernier pointet pour répondre aux questions de certains, il n’est pas possible de transférer les images sur le PACS du chu de REIMS. Il m’est donc nécessaire d’obtenir les CD. Si vous rencontrez des difficultés pour graver ou envoyer les CD, vous pouvez me contacter (par mail ou téléphone) et je peux tout à fait me déplacer dans votre centre. Ce CD servira de base à l’analyse de texture tumorale.

Merci d’envoyez les CDs si possible avant juillet 2019 et la base de données avant le 01/09/2019.

Synospsis disponible, Tableau de recueil de données téléchargeable à renvoyer à estebanbrenet@gmail.com

Pour plus d’information: contactez Esteban Brenet, estebanbrenet@gmail.com , Tel : 06.70.46.01.86.

  • Stratégie de prise en charge des cancers de la cavité buccale de stade précoce en France – Etude GETTEC 2019 (F. Haroun, P. Blanchard, S. Morinière, A. Dupret-Bories, A. Bozec, S. Testelin, P. Gorphe)

Synopsis : La chirurgie 1ère est le traitement de première intention des carcinomes épidermoïdes résécables de la cavité buccale. La voie d’abord chirurgicale varie selon la localisation tumorale et les habitudes des chirurgiens. Par ailleurs, se pose également la question de la prise en charge des aires ganglionnaires pour les tumeurs de stade précoce de la CB considérées N0 clinique au diagnostic initial (ganglion sentinelle, évidement cervical uni-bilatéral, absence de geste ganglionnaire). Enfin, la radiothérapie ou la radiochimiothérapie adjuvante postopératoire est discutée en fonction des facteurs de risque anatomopathologiques.

Le choix thérapeutique dépend de l’équipe multidisciplinaire et du patient.

Notre objectif : Evaluer par questionnaire national les pratiques des équipes ORL et CMF prenant en charge des cancers de la cavité buccale localement précoces T1-T2 (un questionnaire par centre) et analyser les critères décisionnels pour chacune des stratégies thérapeutiques possibles.

NB : Nous rappelons que la classification TNM utilisée correspond à la 8e édition UICC (2017).

Le lien du questionnaire sera envoyé directement à chaque représentant de comité. Si vous n’avez pas été contacté et que vous souhaitez participer, n’hésitez pas à contacter Fabienne Haroun ou Philippe Gorphe.

Pour plus d’information: fabienne.haroun@gustaveroussy.fr, philippe.gorphe@gustaveroussy.fr

  • Etat des lieux des variants histologiques carcinomes de la cavité buccale (E. Malheiro, N. Labaied, C. Ngo, O. Casiraghi, G. Garcia, F. Bidault, J. Thariat, P. Gorphe, F. Janot, J. Guerlain)

Il existe de nombreux variants histologiques aux carcinomes épidermoïdes dans la cavité buccale. Les tumeurs de la cavité buccale peuvent être rares, ou de diagnostic anatomopathologique difficile avec des formes très différenciées, pouvant parfois correspondre à des carcinomes verruqueux, ou des formes papillomateuses de caractérisation difficile.
Certaines sont exceptionnellement traitées comme des carcinomes épidermoïdes quand elles sont évolutives sans que le diagnostic anatomopathologique de malignité soit formel (qui correspond en général à des proliférations épidermoïdes très bien différenciées). Ces lésions rares et/ou atypiques et peu fréquentes interrogent souvent le praticien dans sa démarche diagnostique et thérapeutique. La reconnaissance de toutes ces formes est primordiale afin de proposer la prise en charge la plus adaptée au patient.

L’objectif est d’étudier les caractéristiques cliniques, radiologiques, anatomopathologiques et thérapeutiques de ces tumeurs invasives de la cavité buccale de diagnostic anatomopathologiques difficiles, qui nécessitent souvent plusieurs séries de biopsies. Ces lésions atypiques et peu fréquentes interrogent souvent le praticien dans sa démarche diagnostique et thérapeutique.
Il s’agit d’une étude descriptive, rétrospective et multicentrique entre 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2017.

L’objectif de notre étude est d’étudier les caractéristiques cliniques, radiologiques, anatomopathologiques et thérapeutiques des tumeurs invasives de la cavité buccale. Il peut s’agir de tumeurs rares ou de diagnostic anatomopathologique difficile.

Il s’agit d’une étude descriptive, rétrospective et multicentrique entre 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2017. Les données cliniques, radiologiques, anatomopathologiques et thérapeutiques seront recueillies.


CRITERES D’INCLUSION

– Tous les carcinomes de la cavité buccale, dont le diagnostic anatomopathologique n’était pas un carcinome épidermoïde (CE) commun/classique:

Comprenant tous les variants de carcinome épidermoïde (CE verruqueux = tumeur d’Ackerman = carcinome cuniculatum ; CE acantholytique = CEA = carcinome adénoïde = carcinome pseudo-angiosarcomateux ; CE basaloïde ; CE papillaire ; Carcinome à cellules fusiformes = carcinosarcome = carcinome sarcomatoïde = carcinome à cellules géantes = carcinome à cellules anaplasiques ; carcinome adénosquameux , carcinome lymphoépithélial).

– Seront également incluses les lésions évolutives pour lesquelles le diagnostic histologique de malignité n’a jamais pu être formel mais qui ont nécessité une prise en charge carcinologique (chirurgie d’exérèse carcinologique, radiothérapie, chimiothérapie), ou les tumeurs malignes sans diagnostic précis.

– Période de l’étude : première biopsie entre 01/01/2013 et le 31/12/2017.

– Chez les adultes âgés de plus de 18 ans.

CRITERES DE NON-INCLUSION : dysplasies, quelque soit leur grade, stables sur 6 mois; les tumeurs des glandes salivaires; les lymphomes et les sarcomes.

Questionnaire disponible sur ce lien

Pour plus d’information : joanne.guerlain@gmail.com

SFCCF Brest 2018
Les deux thèmes étaient:
– Localisations synchrones
– Sujets âgés
  • Localisations synchrones (B. Barry, D. De Raucourt). Notez que cette étude prospective continue sur les données de suivi !
  • Lambeau libre chez les patients atteints d’une tumeur de la cavité buccale et de l’oropharynx de plus de 70 ans : qualité de vie, étude fonctionnelle (A. Bozec)
  • Prise en charge globale des patients de plus de 85 ans atteint d’une tumeur des VADS (M. Lesnik)